Le tango : traditions argentines à portée culturelle, musicale et artistique

Australis

Le tango est l’une des danses les plus célèbres et les plus influentes au monde. Originaire de Buenos Aires et créé au 18ème siècle, le tango est né de la réunion des immigrés européens de la classe ouvrière, des peuples autochtones argentins et d’anciens esclaves. C’est ainsi que le tango a façonné la culture et la société argentines. En raison de sa popularité, la danse s’est rapidement répandue hors des frontières argentines, et a développé des styles différents en Europe et en Amérique du Nord. Avec sa riche histoire, le tango compte une tradition de danse fascinante révélant une mine d’informations sur les traditions argentines.

New Call-to-action

Les traditions argentines : l’origine du tango

Le mot «tango» ou «tambo» apparaît au tournant du XIXe siècle pour décrire des événements musicaux et de danse organisés par des esclaves. La première utilisation officielle de ce mot apparaît dans une loi de 1789, où les autorités argentines interdirent les rassemblements de «tango» pour opprimer la classe ouvrière. Ce n’est que cent ans plus tard que le mot est devenu des plus banals.

La danse de tango originale était un mélange de styles issu du brassage de cultures présent dans le port animé de Buenos Aires. Au 19ème siècle, des milliers de jeunes sont arrivés d’Europe à la recherche d’une vie meilleure. Dans la capitale argentine, ils vivaient aux côtés d’anciens esclaves et des peuples autochtones. Ce mélange de culture et de traditions musicales et de danse commença ainsi à s’harmoniser.

Le développement du tango argentin

Le tango argentin s’est développé à partir du creuset de cultures de Buenos Aires au milieu du XIXe siècle. Des peuples d’Espagne, d’Italie, d’Angleterre, de Pologne et de nations africaines ont côtoyé les Argentins pour créer de nouvelles traditions en Argentine. C’est cette rencontre de cultures qui a créé le tango argentin. Influencé par le flamenco, la polka et de nombreuses danses traditionnelles africaines, le tango est devenu synonyme de « la musique des immigrés ».

À la fin des années 1800, le tango était devenu populaire auprès des Argentins de toutes les classes sociales. Le tango devint la danse traditionnelle lors des fêtes conventillos. Ces rassemblements avaient lieu dans de grandes maisons où habitaient plusieurs familles et qui comprenaient de grands espaces ouverts pour danser. Accompagnée d’une seule guitare, cette danse est devenue un incontournable du foyer argentin. Alternativement, les couples dansaient accompagnés d’un orquesta típica. Ces petits groupes de musiciens comprenaient des violons, un piano, une flûte, une contrebasse et le bandonéon ou « l’accordéon du tango ».

Le tango se mondialise

Aujourd’hui, on pense que le premier compositeur professionnel de musique de tango était Juan Pérez, qui a écrit des chansons comme Dame la Lata (« Embête-moi »). Cependant, il s’agit d’un sujet controversé, car il était probablement précédé par d’autres compositeurs moins bien documentés. Par exemple, Andate a la Recoleta et El Tero figurent parmi les compositions populaires du début du tango.

À la fin du XIXe siècle, le tango était si populaire qu’il commença à se répandre dans le monde entier. Partout, les gens appréciaient le style de danse énergique et bientôt des disques de tango étaient vendus partout en Amérique du Nord et en Europe. Dans les années 1900, plus d’un millier de disques phonographiques ont été produits, ainsi que d’innombrables nouvelles partitions musicales de tango.

Maintenant, le tango est une danse qui est synonyme de traditions argentines. Continuant à capter l’imagination des amateurs de danse et des mélomanes du monde entier, le tango continue à se développer et à prendre de l’ampleur. Toujours populaire à Buenos Aires, il existe encore de nombreux endroits où vous pourrez vivre cette danse magique lors de votre aventure en Argentine.

New Call-to-action

1 estrella2 estrellas3 estrellas4 estrellas5 estrellas (Pas encore d'évaluation)
Cargando…

Commentaire