manchot royal

Observer le manchot royal

Australis

Animal fascinant et vivant dans les contrées les plus froides de notre planète, le manchot royal peut être observé facilement depuis la Terre de Feu. Cette espèce est menacée par le réchauffement climatique, la pêche intensive et la pollution. Avec des guides connaissant la région où l’on souhaite les observer, il est relativement aisé de les suivre pour le temps d’une journée.

New Call-to-action

Les caractéristiques du manchot royal

Le manchot royal est la deuxième plus grande espèce de manchots après le manchot empereur. On le reconnaît aisément aux taches jaune orangé qui colorent sa gorge. Sa taille peut presque atteindre 1 mètre pour les espèces les plus grandes et il peut peser jusqu’à 15 kg. Il chasse sa nourriture en mer : cet excellent plongeur peut descendre jusqu’à 200 mètres sous l’eau.

Où peut-on observer le manchot royal ?

Il se trouve dans les îles de Crozet, dans l’archipel des Kerguelen, les îles Malouines, la Géorgie du Sud.

L’un des points stratégiques pour observer le manchot royal est la Terre de Feu, l’extrême sud du Chili. Le plus souvent, le départ se fait de la ville d’Ushuaïa ou de Punta Arenas. Le parque pinguino rey est un site très connu pour l’observation du manchot royal, il se situe à 4h de route d’Ushuaïa

Pour observer la période des naissances, il faut se rendre là où vivent les manchots royaux entre janvier et mars. Cela tombe bien car si l’on se poste à la pointe de l’Amérique du Sud pour observer les naissances, cela correspond à la saison la plus propice au niveau du climat. Il est possible d’observer les colonies entre octobre et mars. D’avril à septembre, c’est la basse saison car le climat est plus rude. Si les manchots sont toujours là, il devient plus difficile de réserver une excursion à la journée.

Les espèces que l’on peut confondre avec le manchot royal

Une première confusion est souvent faite, certains assimilent manchots et pingouins. Il faut savoir que le manchot ne peut pas voler contrairement au pingouin. De plus, les pingouins vivent dans l’hémisphère nord et les manchots dans l’hémisphère sud.

On peut ensuite confondre le manchot royal avec le manchot empereur qui lui ressemble mais qui n’est pas pourvu de tâches orangées et qui est plus gros.

Le mode de vie et de reproduction du manchot royal

Le manchot royal se déplace toujours en colonies, principalement pour pouvoir assurer sa protection face aux prédateurs comme le léopard des mers, les otaries, les orques, les skuas, les pétrels géants, etc. Ces colonies sont nomades : le manchot va chasser en mer pour faire des réserves et revient au sein de la colonie pour la période de reproduction.

La femelle pond un seul œuf tous les 16 mois qu’elle garde tour à tour avec le mâle. La rareté de la nourriture et la rudesse du climat sont responsables d’un taux de mortalité très élevé chez les petits. Un manchot royal doit atteindre l’âge de 3 ans pour pouvoir se reproduire.

Le manchot royal, une espèce protégée

L’impact du climat sur le développement du manchot royal

Le réchauffement climatique menace directement le manchot royal ainsi que toutes les autres espèces vivant dans ces climats très froids. Leur habitat est modifié par la fonte des glaces, leurs ressources alimentaires s’amenuisent en raison de la hausse de la température de l’eau.

La pollution, deuxième fléau du manchot

Les manchots royaux se nourrissent essentiellement de krill, de petites crevettes. La surpêche de cette espèce ainsi que la pollution qui affecte leur habitat sont deux facteurs qui risquent de compromettre sérieusement leur survie et leur développement dans les années à venir.

New Call-to-action
1 estrella2 estrellas3 estrellas4 estrellas5 estrellas (Pas encore d'évaluation)
Cargando…

Commentaire