cap horn

L’histoire du Cap Horn

Australis

Un ancien dicton de marin disait que « sous 40 degrés de latitude, la loi n’existait pas, et que sous 50 degrés Dieu n’existait pas ». Le Cap Horn, situé à 55°56′ latitude Sud et 67°19′ longitude Ouest, représente parfaitement les sentiments de ce vieil adage.

En considérant la violence de ses eaux et les vents qui frappent les océans qui entourent cette masse rocheuse, il n’y a rien de surprenant dans le fait que ce cap ait été découvert récemment, au début du XVIIème siècle.

Découverte du Cap Horn

Les explorateurs avaient navigué dans les mers australes qui entourent l’Amérique du sud pendant plus d’un siècle avant la découverte officielle du Cap Horn. Plus au nord, le Détroit de Magellan et la Terre de Feu avaient été découverts par le capitaine portugais Fernand de Magellan en 1520.

 

Postérieurement à la même période, en 1578, le corsaire anglais Francis Drake et son équipage furent déviés de leur route et découvrirent le Passage de Drake, discréditant la croyance que la Terre de Feu faisait partie de l’énorme et infranchissable continent de la Terra Australis Incognita, lequel supposément, s’étendait jusqu’au Pôle Sud. Cependant, jusqu’au début du XVIIème siècle, aucun bateau n’avait traversé complètement le Passage de Drake, ni n’était arrivé aux îles Horn et Hermite, où se situe le Cap Horn.

Pendant cette période, la Dutch East India Company avait le monopole sur tout le commerce hollandais qui transitait par les uniques routes connues jusqu’aux indes : Le Détroit de Magellan et le Cap de Bonne Espérance. Un actionniste antérieur de la compagnie, le millionnaire marchand belge résidant à Amsterdam, Isaac Le Maire et le vétéran navigateur hollandais Willem Cornelisz Schouten financèrent un voyage pour explorer Terra Incognita, trouver une nouvelle route vers l’Océan Pacifique et ainsi terminer avec le monopole exercé par la Dutch East India Company.

New Call-to-action

Le Eendracht (Unity), bateau de 360 tonnes commandé par Schouten et conduit par le fils de Le Maire, Jacob, ainsi que le navire Höorn, de 110 tonnes commandé par Johan, le frère de Schouten, partirent depuis le port de Texel, en Hollande, le 15 juin 1615. Le 24 janvier 1616, les équipages traversèrent le détroit et le nommèrent Le Maire (Argentine) puis contournèrent le cap le 29 janvier 1616 qu’ils appelèrent « Kaap Höorn » en l’honneur du village natal de Schouten.

Bien que cette expédition ait réussi à inaugurer avec succès une nouvelle route entre l’océan Atlantique et le Pacifique, elle fut toujours regardée avec méfiance. Ce ne fut que récemment que l’expédition de Schouten et Le Maire fut reconnue comme ayant été le premier voyage à travers le Passage de Drake.

Mais peu de temps après, les deux équipages furent capturés par une autre expédition hollandaise et furent accusés d’enfreindre la loi. L’argumentation de leur défense, dans laquelle ils expliquaient avoir utilisé un nouveau passage, fut discréditer et ils furent accusés de ne pas respecter les droits exclusifs de la Dutch East India Company sur le passage du Détroit de Magellan. Après avoir été déclarés coupables, ils furent embarqués en direction de la Hollande à bord du Zeeland. Jacob Le Maire mourut pendant le voyage.

Heureusement, l’histoire a été plus clémente sur l’héritage de ces valeureux navigateurs. Shouten, Le Maire et leur équipage sont aujourd’hui considérés comme les pionniers pour avoir contourné le Légendaire Cap Horn.

La route interocéanique du Cap Horn

Après la découverte du couloir qui entourait le Cap Horn, pendant les deux siècles qui ont suivi, des bateaux de différentes nationalités optèrent pour cette route au lieu de la traditionnelle route par le Détroit de Magellan. Pendant cette période une grosse partie du commerce mondial transita par le Cap Horn, avec des bateaux transportant des céréales, de l’or et de la laine depuis l’Australie et l’Europe, ainsi que d’autres marchandises depuis le lointain Orient et des bateaux de croisières de passagers qui voyagèrent entre les côtes des États-Unis.

Le transit autour du Cap augmenta aussi significativement pendant la fièvre de l’or de Californie entre 1848 et 1855 et a conduit les États-Unis à construire de grandes embarcations commerciales telles que des bateaux à voiles carrées qui pouvaient résister aux conditions climatiques difficiles du voyage.

Darwin et le Cap Horn

Le Cap Horn était une odyssée terrifiante pour les navigateurs du fait des conditions climatiques imprévisibles caractérisant la région. Pendant l’historique voyage du HMS Beagle en 1832, le capitaine Fitz Roy, Charles Darwin et son équipage coururent un grand danger de naufrage en le contournant. Ayant évité de peu une mort certaine grâce à l’expertise de Fitz Roy, Darwin décrivit l’effrayante expérience de la façon suivante :

« … Vers trois heures, nous traversâmes le Cap Horn et expérimentâmes ses vents très forts. La nuit fut tranquille et claire, et nous profitâmes d’une grande vue sur les îles qui nous entouraient. Le Cap Horn, en revanche, fit ses exigences et avant la tombée de la nuit, il nous envoya des vents aussi forts que des ouragans directement sur nos visages. Nous firent front à la mer et au deuxième jour, nous arrivâmes à nouveau sur la terre ferme. Ce fut à ce moment précis que nous vîmes vers la proue une imposante falaise dans toute sa splendeur, recouverte par la brume et sa silhouette ténue encerclée par une tempête de vent et d’eau. De grands nuages noirs croisaient le ciel et des rafales de pluie et de grêle passèrent près de nous avec une telle violence que le capitaine décida de faire cap vers la Crique Wigwam. Cette crique est un port accueillant proche du Cap Horn et la nuit de Noël nous jetâmes l’ancre dans ses eaux tranquilles. »

La chute du commerce sur la route et la naissance du tourisme

En 1914, la fin de la construction du Canal de Panama connecta les océans Pacifique et Atlantique, ce qui signifia que les bateaux n’étaient plus obligés de s’aventurer dans le dangereux voyage jusqu’au Cap Horn.

Actuellement, bateaux de croisière et de navigation récréative amènent les quelques aventuriers qui désirent explorer ces mers violentes. D’importants évènements sportifs en voiliers, tels que le Vendée Globe, une course de voiliers en solitaire qui fait le tour du monde,  continuent de passer par le Cap Horn, ce dernier étant encore considéré comme l’un des exploits de navigation les plus importants qui puissent être atteints.

De nos jours, il existe l’Association Internationale des Cap Horniers, un groupe fondé pour reconnaitre les marins qui firent le tour du Cap Horn lors de navigation de plus de 3000 milles nautiques sans escales. L’association compare la navigation dans le Détroit à l’ascension du Mont Everest et affirme que depuis la première ascension de 1953, moins de personnes ont traversé le détroit que gravit l’énorme montagne.

1 estrella2 estrellas3 estrellas4 estrellas5 estrellas (Pas encore d'évaluation)
Cargando…

Commentaire